Le site du temple

Le site du futur temple bahá’í est situé au 7290, rue Leslie, à Markham (Ontario) à côté du bâtiment administratif du Centre national bahá’í. La communauté bahá’íe a acquis ce terrain en 1968. Depuis, le terrain a été préservé en vue de l’érection d’un temple, alors que les zones environnantes qui étaient des terres agricoles ont été transformées en zones résidentielles.

Le site

Il est entouré d’une ancienne décharge (fermée en 1978) – aujourd’hui le German Mills Settlers Park and Natural Habitat au nord, du club de golf et de loisirs Bayview à l’ouest et du parc Bercy (Wycliffe) à l’est.

L’emplacement du temple bahá’í a été choisi après une évaluation approfondie de l’écologie et du paysage de la propriété. Il sera construit sur une partie de la propriété qui faisait autrefois partie d’un verger. L’emplacement du temple est caractérisé par la présence d’importantes espèces non indigènes et envahissantes qui menacent l’intégrité des forêts adjacentes. Dans le cadre de la construction du temple, les espèces envahissantes seront enlevées et gérées, et des efforts de restauration et d’amélioration seront déployés pour redonner à la zone environnante un paysage sain et naturel. Bien qu’il soit écologiquement connecté, le temple reste à une certaine distance de la zone du parc des colons de German Mills, et les efforts de restauration sont uniquement proposés pour les terres bordant le pré.

Photographie aérienne historique de 1954.

La viabilité écologique

Les écrits saints bahá’ís considèrent que la nature est l’expression de la volonté de Dieu et le reflet de ses attributs, et appellent l’humanité à prendre soin de l’environnement en agissant comme protecteur de son milieu naturel. C’est pourquoi la planification du développement du temple a donné lieu à des évaluations approfondies de ses répercussions sur l’environnement, afin d’en préserver l’équilibre écologique. L’un des principaux objectifs du projet est d’améliorer la fonction écologique et la viabilité du site.

Les premières visites du site avec des représentants de la ville de Markham et de l’Office de protection de la nature de la région de Toronto (OPNRT) ont commencé en 2017. Par la suite, une étude complète et au cours de plusieurs saisons du patrimoine naturel a permis de mieux comprendre l’écologie du site dans le contexte du système plus vaste du patrimoine naturel associé au corridor du ruisseau German Mills. Cette étude comprenait un inventaire botanique, une classification écologique des terres, un inventaire des arbres, des enquêtes sur les oiseaux nicheurs, les insectes, les chauves-souris et d’autres espèces sauvages. En fin de compte, cette étude a permis de choisir l’emplacement du temple dans une partie du site caractérisée par la présence d’espèces envahissantes, dont la gestion permettrait de protéger le corridor de la vallée du ruisseau German Mills, et de s’assurer que le temple n’aurait pas d’effet direct sur un habitat faunique important.

Dans le cadre du projet, il a été proposé de restaurer plus de quatre hectares de terrain et de compenser l’abattage d’arbres ailleurs, alors que la construction du temple aura une portée sur environ 0,5 ha. Les espèces envahissantes qui menacent les agglomérations végétales naturelles existantes seront enlevées et feront l’objet d’une gestion continue afin de protéger les forêts importantes avoisinantes, et de nouveaux arbres, arbustes et fleurs sauvages indigènes seront plantés. Il s’agira d’un large éventail d’espèces végétales indigènes qui favorisent la biodiversité, notamment les pollinisateurs, les oiseaux chanteurs, les chauves-souris et une variété d’autres espèces sauvages.

En outre, la proposition de l’Assemblée spirituelle nationale augmentera la superficie totale des terres situées dans le périmètre de la voie verte du plan officiel de Markham et convertira des terres actuellement zonées et autorisées pour des immeubles résidentiels de faible hauteur en terrains destinés à un lieu de culte.

En savoir plus sur les plans de développement